L'actrice de'Klute','Scarecrow','Looking Glass' avait 88 ans


Dorothy Tristan, qui a eu des virages mémorables dans End of the Road, Klute et Scarecrow au début des années 1970 avant de faire preuve d’une détermination remarquable en co-écrivant et en jouant dans le drame indépendant de 2015 The Looking Glass, est décédée. Elle avait 88 ans. Tristan est décédé dimanche après une bataille de 10 ans contre la maladie d’Alzheimer, a annoncé son mari depuis 48 ans, le réalisateur John D.

Hancock (Bang the Drum Slowly). Après une interruption à l’écran de près de trois décennies, Tristan est revenu dans The Looking Glass en tant que femme prenant soin de sa petite-fille en difficulté de 13 ans (Grace Tarnow) alors que les symptômes de sa démence apparaissent. Son mari a réalisé le film, qui se déroule dans la maison de longue date du couple dans le comté de La Porte, dans l’Indiana.

L'actrice de'Klute','Scarecrow','Looking Glass' avait 88 ans

Tristan a eu du mal à se souvenir des mots qu’elle avait écrits, mais a improvisé et utilisé des cartes aide-mémoire pour se souvenir du dialogue. Dans sa critique THR du film, Frank Schenk a qualifié sa performance de superbe et a souligné «un moment sentimental qui peut être facilement pardonné [when Hancock] rend hommage à sa femme et collaboratrice de longue date à travers une série de photos dans lesquelles sa lumineuse beauté est amplement mise en valeur. Né et élevé dans le quartier Yorkville de Manhattan, Tristan a fréquenté le Washington Irving High School et la School of Industrial Arts de New York.

Elle a commencé comme mannequin qui a voyagé en Europe et s’est retrouvée sur les couvertures du magazine Life et de Vogue. Tristan a fait ses débuts au cinéma dans le classique culte classé X End of the Road (1970), où elle et les personnages de Stacy Keach ont une liaison. Dans sa critique du New York Times, John Simon a écrit que Tristan « peut transformer son visage agréable mais banal en une douzaine de visages différents : beau, criblé de douleur, enfantin, ratatiné, d’un autre monde, furieux, éthéré, terre-mère, etc.

et même innommable. «Maintenant, elle est l’épouse prototypique de la faculté terne, maintenant une ménade flamboyante déchaînée sur notre libido; maintenant une bergère chinoise si fragile que sa propre respiration pourrait la briser, maintenant une déesse s’élevant au-dessus de tout simple homme dans l’immensité de son amour ou de sa colère. Tristan a ensuite joué la prostituée droguée Arlyn Page aux côtés de l’actrice oscarisée Jane Fonda dans Klute (1971) d’Alan J.

Pakula et Coley, qui avec Frenchy d’Ann Wedgeworth divertit les personnages de Gene Hackman et Al Pacino alors qu’ils traversent la ville, dans Scarecrow de Jerry Schatzberg ( 1971). Tristan a suivi avec des performances dans Frank Perry’s Man on a Swing (1974), A Place Without Parents (1974), Swashbuckler (1976), Rollercoaster (1977) et Paul Mazursky’s Down and Out in Beverly Hills (1986), sa dernière apparition à l’écran jusqu’à Le miroir. Elle a également travaillé dans les coulisses avec son mari sur Sam Elliott avec Prancer (1989), A Piece of Eden (2000), Suspended Animation (2001) et Girls of Summer (2020), qu’il a tous dirigés.

Les survivants incluent ses enfants, Alex, un photojournaliste, et Tristan, un musicien ; ses petits-enfants, Sebastian, Chloé et Aram; et son arrière-petit-fils, Elijah. Son premier mari était le réalisateur Aram A. Avakian ; ils se sont mariés de 1957 jusqu’à leur divorce en 1972.