Créatrice de costumes « Women Talking » sur l'approvisionnement en tissus mennonites


Ayant grandi à Winnipeg, au Manitoba, la costumière Quita Alfred a ressenti un lien avec la communauté mennonite voisine. Lorsqu’elle a parlé avec la réalisatrice Sarah Polley de son travail sur son nouveau film, « Women Talking », Alfred décrit le moment comme « plutôt fortuit ». Adapté du roman de Miriam Toews, « Women Talking » s’inspire d’une histoire vraie.

Alfred se souvient avoir dit à Polley : « Je suis au cœur des mennonites [community] en Amérique du Nord, et si j’arrive à m’y mettre avant de commencer la préparation, je pourrai probablement trouver presque tout ce dont nous avons besoin. Alfred a commencé par rencontrer Marianne Hildebrand, une membre bien connectée, bien que moins traditionnelle, de la communauté mennonite de Winkler, à proximité. Là, au cœur du pays mennonite, Alfred a pu acheter des tissus et des accessoires directement auprès des entreprises locales.

Créatrice de costumes « Women Talking » sur l'approvisionnement en tissus mennonites

« Nous plaisantons toujours dans les films, ‘Oh, je vais juste courir à la boutique de pirates pour vous ! ‘ » rit-elle. “Mais dans ce cas, il y a eu un certain nombre de fois où je suis allée au magasin mennonite et j’ai acheté des couvertures de prière, ou le vrai tissu que les vraies femmes des colonies plus traditionnelles utilisent.” Une fois qu’elle a amassé une collection de robes et de tissus, Alfred a commencé à regrouper les familles dans des schémas de couleurs et des motifs.

Les Friesen, joués par Rooney Mara, Claire Foy et Emily Mitchell, sont des personnages intellectuels, alors Alfred les a vus en bleu et en violet. « J’utilise toujours le mot ‘couleurs électriques' », explique-t-elle, et « petits motifs répétitifs ». Pour les Loewens, dont Jessie Buckley, Alfred les considérait comme intuitifs, les décrivant comme « plus d’émotion que d’intellect ».

Pour leur famille, elle « a choisi des motifs tourbillonnants et des couleurs naturelles – des verts et des bruns et des formes fluides ». Sur la robe de Buckley en particulier, Alfred précise : « Cela ressemble presque à de l’eau trouble. Comme une eau trouble.

Jessie y a répondu tout de suite. Il y a quelque chose sous la surface avec les femmes Loewen. En ce qui concerne la famille Janz, et en particulier « Scarface » Janz de Frances McDormand, Alfred a choisi des couleurs rappelant le sang séché et la rouille, le rouge foncé et le noir, « parce qu’ils étaient si conservateurs et si traditionnels et si immuables dans leurs opinions et leurs croyances.

.” Construire les robes s’est avéré être un défi passionnant car « elles sont beaucoup plus compliquées qu’elles n’en ont l’air », explique Alfred. L’équipe de costumes a passé des heures à plisser et à faire d’autres travaux manuels complexes.

Chaque robe comprend un corsage et une bavette sur le haut, qui s’enclenche sur l’épaule gauche. Les robes sont faites pour « nier celle qui les porte », explique-t-elle. « Ils sont censés leur rappeler leur place en dessous de Dieu et en dessous des hommes de leur famille.

 » Les robes sont également modestes dans le style et dans les détails pour garder les femmes couvertes et humbles. Dans ses recherches, Alfred a appris que 500 ans de voyages et de traditions mennonites ont incorporé divers styles et modèles. Les manches bouffantes viennent de leurs premiers jours d’origine néerlandaise.

Lorsqu’ils se sont installés en Prusse, en Pologne, ils ont introduit des imprimés floraux. D’Ukraine et de Russie, ils ont adopté des couleurs vives dans leurs couvertures de prière. Elle dit: « Parce qu’ils sont une culture tellement liée à leur histoire et liée à la tradition, ces choses sont restées avec eux.

« .