Un documentaire syrien intime


Les images de la révolution ont tendance à se ressembler au fil du temps : manifestations de rue massives, répressions par la police anti-émeute, manifestants non armés risquant leur vie contre le pouvoir en place. Nous avons vu la plupart d’entre eux auparavant, et pourtant, chaque fois que nous les rencontrons, ils nous captivent à nouveau. Dans le documentaire syrien 5 Seasons of Revolution, certaines de ces images familières apparaissent, mais elles sont combinées avec quelque chose que nous n’avons pas vraiment vu auparavant : de nombreux plans de jeunes journalistes et de manifestants assis autour d’appartements sur leur téléphone ou leur ordinateur, faisant le la révolution se produise en ligne alors qu’ils ne peuvent pas la faire se produire dans la rue.

5 saisons de révolution

Un documentaire syrien intime

The Bottom Line Un récit intime de première main sur l’oppression et la révolte. Voici à quoi ressemble la Révolution 2.0, et elle a contribué à alimenter les manifestations du Printemps arabe qui ont balayé l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient il y a plus de dix ans, atteignant la Syrie en 2011. La réponse au mouvement a été une répression massive par le président Bashar al-Assad. qui conduisent à une guerre civile dévastatrice et continue, entraînant des centaines de milliers de morts, des millions de réfugiés internationaux et un pays qui reste divisé à ce jour. Dans 5 Seasons, une jeune journaliste syrienne qui, pour des raisons de sécurité, ne porte que le prénom de Lina, a rassemblé des images qu’elle a tournées d’elle-même et de ses camarades alors que la révolution s’abattait dans son pays natal, relatant un quotidien rempli de tension, anticipation et beaucoup d’attente – que des amis reviennent à l’abri d’une marche ou de la prison, ou qu’Assad lance une autre attaque meurtrière contre son propre peuple. Bien que Lina soit issue d’une famille de la classe supérieure et vive en toute sécurité à Damas, le danger n’est jamais loin pour elle et ses collègues reporters/révolutionnaires, qui craignent d’être arrêtés à tout moment. Chaque fois qu’ils franchissent la porte, le risque est là, et conduire en ville devient un jeu consistant à essayer d’esquiver ou de franchir les points de contrôle mis en place par l’armée. À la fin du film, Lina, les journalistes Bassel et Malaz, et les militantes Rima et Susu ont tous été détenus à un moment ou à un autre. Tous sont contraints de fuir la Syrie, peut-être pour ne jamais revenir, tandis que l’un d’eux ne s’en sort pas vivant. 5 Seasons est ainsi le portrait à la volée d’une révolution vue de l’intérieur, mais aussi le portrait d’une jeune génération dont la vie sera complètement bouleversée par la guerre. Lina, qui venait d’être diplômée de l’école de journalisme lorsque le soulèvement a commencé, est courageusement sortie pour documenter les événements à une époque où les journalistes étaient souvent arrêtés et emprisonnés par le régime. Elle s’est rendue très tôt à Homs, car elle est devenue un foyer pour l’opposition FSA (Armée syrienne libre), composée de soldats qui ont fait défection du régime d’Assad. Bientôt, le gouvernement a bombardé Homs quotidiennement, ciblant civils et soldats dans des représailles sanglantes qui ont rasé toute la ville. Lina capture une partie de cette dévastation, y compris une interview déchirante avec un combattant de la FSA qui a été paralysé par la balle d’un tireur d’élite. Mais pour la plupart, elle reste coincée à Damas alors que son pays s’effondre progressivement, se disputant parfois avec ses amis pour savoir si prendre les armes aidera la cause ou ne fera qu’empirer les choses. Hélas, nous connaissons maintenant la réponse : Assad a non seulement réprimé l’opposition avec d’innombrables bombardements, attaques au gaz et massacres de civils, mais la rébellion armée, aidée par des armes fournies par les États-Unis, s’est divisée en factions qui conduisent à des effusions de sang encore plus inutiles. À la fin du film en 2015, Lina et ses amis font tout ce qu’ils peuvent pour sortir du pays en un seul morceau. Et pourtant, il y a de l’espoir au milieu de la destruction, à la fois physique et psychologique, dont Lina fait la chronique, dans un film qui montre comment les gens parviennent à s’unir contre l’oppression dans les moments les plus sombres. Ce sentiment se reflète le mieux chez l’amie proche de Lina, Rima, une jeune travailleuse sociale dynamique qui a parcouru sans crainte les rues de Damas en brandissant une banderole sur laquelle on pouvait lire « Stop the Killing », lançant un mouvement qui se répandrait dans d’autres villes. C’était un geste futile face au régime d’Assad, mais loin d’être oublié, et Rima est devenue un symbole public de la contestation en Syrie grâce à son courage. Elle finit par être arrêtée à plusieurs reprises, notamment pour un long séjour en prison où son sort reste incertain pendant près de deux mois. Lorsqu’elle est enfin libérée lors d’un échange de prisonniers avec la Turquie, elle passe une nuit à fumer des cigarettes et à retrouver ses amis, le sourire aux lèvres. C’est une image qui restera avec nous.