«Parfois, je pense à mourir» Critique du film de Sundance


Parfois, je pense à mourir est réalisé par Rachel Lambert, écrit par Stefanie Abel Horowitz, Kevin Armento et Katy Wright. Le film met en vedette Daisy Ridley, Dave Merheje, Megan Stalter et Brittany O’Grady. Le film commence par des plans de cette ville balnéaire du nord-ouest à l’extérieur de Seattle.

Il semble être un endroit morne et un peu solitaire. Ensuite, nous voyons Fran (Daisy Ridley) allongée dans son lit, regardant par la fenêtre le ciel gris. Au lieu d’embrasser le matin, elle a l’air terrifiée de l’affronter.

«Parfois, je pense à mourir» Critique du film de Sundance

Elle travaille un travail de bureau banal qu’elle aime mais est le moins animé de ses collègues. La majeure partie de sa journée de travail est consacrée à rêver de la mort ou à être trop attentive à de petites choses. Sa routine nocturne est également monotone.

Fran rentre à la maison, prépare le dîner (au micro-ondes), pense à mourir, joue au sudoku, ignore les appels, se brosse les dents et se couche tous les soirs vers 22 heures. Ses collègues sont pour la plupart un groupe épuisant de personnalités colorées dirigées par Isobel (jouée par l’hilarante Megan Stalter) alors qu’ils font semblant de rire et parlent de combien ils aiment les beignets toute la journée. La nouvelle recrue Robert (le comédien Dave Merheje), qui admet qu’il n’a jamais travaillé un seul jour de sa vie, prend goût à Fran.

Maintenant, ses fantasmes de mort sont injectés d’images de lui. Peut-être a-t-elle trouvé quelqu’un qui lui donne une raison de vivre ? Ou est-ce qu’elle a de l’espoir ? La question que je n’ai cessé de me poser tout au long du film est de savoir à quoi servent les nombreux plans de cette ville sombre et couverte. Fran est souvent prise dans l’ombre ou dans l’obscurité.

Cache-t-elle quelque chose ? Ou est-elle juste comme ça? A quoi bon toute cette observation ? Puis ça a cliqué. Fran est la ville – elle est l’obscurité – du moins au début. Lorsqu’elle est touchée par des rayons de soleil argentés, elle commence à se connecter avec ceux qui l’entourent et commence à sortir de sa coquille.

Il y a des images saisissantes aidées de Lambert et aidées par la cinématographie de Dustin Lane, en particulier dans les scènes où Fran imagine les différentes façons de mourir. De plus, le réalisateur fait un travail de caméra intéressant en capturant des sujets à des angles et des coupures étranges. Il existe de nombreuses images de pieds, de jambes et de têtes parlantes divisées en deux.

Il m’a fallu un certain temps pour comprendre quel était le but de cela, mais tout était question de déconnexion. Si Fran ne se voit pas comme une personne à part entière, comment peut-elle voir les autres de cette façon. C’est une façon géniale de refléter la psyché du personnage principal à travers des visuels.

Pour compléter le trifecta, la partition romancée et fantastique de Dabney Morris a transformé un sujet sombre en quelque chose de plus prometteur. Daisy Ridley fait le meilleur travail de sa carrière dans Parfois je pense à mourir. Elle n’a pas beaucoup de lignes, mais son visage est suffisamment expressif pour dire au public ce qui se passe.

L’anxiété et le silence sont là où l’actrice brille et l’expression physique est ce que Ridley excelle. Ce n’est pas le type de rôle dans lequel je l’imaginerais, mais elle est prête pour des rôles plus sérieux qui montrent sa gamme de talents. Aussi étrange que cela puisse paraître, Lambert a pris une histoire sur la dépression et la vie mondaine quotidienne et l’a transformée en quelque chose de rafraîchissant, innovant et humoristique.

Parfois, je pense à mourir est un récit étrange sur la recherche de connexion en vous-même et avec les autres autour de vous. Le film aurait pu approfondir cette idée car la romance entre Robert et Fran ne se lit pas toujours comme authentique. MAIS, l’accent n’est pas mis sur leur relation, il s’agit de trouver l’honnêteté dans ces nouveaux attachements personnels.

Lorsque Fran parle enfin à Robert de ses idées suicidaires, il l’embrasse et la soutient, et c’est un moment décisif pour elle. Celui qui dit, c’est normal d’être vulnérable.