Comment la star de "Emancipation" Charmaine Bingwa s'est battue pour son personnage :


Charmaine Bingwa venait de terminer un monologue sur le plateau d’Emancipation lorsqu’elle a eu une demande pour le réalisateur Antoine Fuqua. Pouvait-elle faire le discours qu’elle venait de faire en anglais, mais cette fois en créole haïtien ? Il a dit oui. « Si mes personnages parlent une autre langue, mais que je ne la connais pas, j’ai l’impression d’être un imposteur », déclare Bingwa.

« Alors j’ai juste en quelque sorte pris sur moi [to learn the language].” Cette prise, sans sous-titres, est celle qui s’est retrouvée dans le drame mettant en vedette Will Smith. Dans Emancipation, Smith joue Peter, un personnage basé sur un homme sur une photographie communément appelée « Whipped Peter » à cause de son dos cicatrisé.

Comment la star de

Le film retrace l’évasion de Peter de l’esclavage pour retrouver les forces de l’Union après avoir appris qu’Abraham Lincoln avait déclaré libres les esclaves. Bingwa joue la femme de Peter, Dodienne. Alors qu’il est poursuivi dans les marais de la Louisiane, sa foi lui dit que son mari reviendra.

Le film est le premier projet à gros budget (120 millions de dollars) pour l’actrice zimbabwéenne australienne – en plus, elle jouait aux côtés de Smith, qu’elle qualifie d' »emblématique ». Le projet a également demandé beaucoup d’elle émotionnellement. Ses scènes, par exemple, ont été tournées dans une vraie plantation.

« Je me fiche de quelle religion vous êtes », dit-elle. « Il y a une présence supplémentaire là-bas. » Bingwa a eu un voyage détourné vers le théâtre.

Sur l’insistance de ses «parents africains typiques», elle a obtenu un diplôme en commerce et a passé du temps à essayer de s’intégrer dans le monde de l’entreprise avant de retourner à l’école pour poursuivre la musique. « J’ai dû choisir deux options pour terminer le diplôme, et l’une d’entre elles était comédienne », dit-elle. « Quelque chose a juste cliqué et j’ai réalisé, ‘Je pense que c’est ce que je suis censé faire de ma vie.

‘ « Son talent pour la musique est l’une des raisons pour lesquelles elle dit avoir l’oreille pour les langues et les dialectes, mais elle s’est aussi préparée à jouer Dodienne en écoutant au moins 120 heures de récits d’esclaves. Bingwa était un défenseur de son personnage sur le plateau, non seulement en demandant de jouer la scène susmentionnée dans la langue maternelle de Dodienne, mais en travaillant également avec Fuqua et le scénariste Bill Collage pour lui donner plus de voix. « Au départ, la scène était un peu plus complémentaire, mais je suis allée vers Antoine et le scénariste et je me suis dit : ‘Je pense qu’elle a plus à dire ici' », se souvient-elle.

« Je pense que c’est particulièrement important pour les femmes noires au cinéma. Dans le passé, soit nous avons complètement raté quelque chose, soit nous sommes marginalisés, il est donc important pour moi qu’ils aient une voix. Bingwa (assis, à droite) joue Dodienne, l’épouse de Peter de Will Smith, dans Emancipation.

Avec l’aimable autorisation de Quantrell Colbert / Apple TV + Alors que Bingwa a des plans pour écrire et réaliser son propre matériel, sa collaboration avec Fuqua se prolonge dans son prochain projet. Elle apparaîtra dans la série Showtime qu’il produit, King Shaka, jouant un guerrier qu’elle décrit comme « féroce et redoutable ». « J’ai l’impression qu’Emancipation était la mère glorieusement tendre, et c’est agréable quand quelqu’un d’autre voit plus de potentiel en vous », dit-elle.

Les deux personnages sont un départ de Carmen Moyo, l’avocate Bingwa a joué sur les deux dernières saisons de The Good Fight, qui a terminé sa course en novembre. « C’est un tel cadeau d’une année pour moi, de pouvoir jouer ces trois femmes incroyablement remarquables mais incroyablement différentes. Il est encourageant de voir que ce que les femmes peuvent être à l’écran s’élargit.

Je ne suis pas sûr que ces rôles aient toujours existé. Cette histoire est apparue pour la première fois dans un numéro de janvier du magazine The Hollywood Reporter. Pour recevoir le magazine, cliquez ici pour vous abonner.